La Compagnie
Marie Houdin

En rencontrant le hip hop en 1999, j’ai été happée par une culture au sein de laquelle je pouvais être ce que je voulais devenir et imaginer. Une terre sans frontières où tu dois te créer ton espace. Une terre où je pouvais me réinventer. Pourtant je ne semblais pas rentrer dans les cadres... Inexplicablement, c'est au plus profond de moi que l'adoption s'est créée, j'ai longtemps persévéré seule dans ma pratique et ma façon de fonctionner. Mon identité est un puzzle, faite de pièce rapportées, inventées, rejetées... elle est en perpétuelle évolution... mon identité est hip hop dans son métissage, sa personnalisation, son adaptation... et mon langage est dansé… une danse où je peux tout mettre et tout enlever... un langage à la fois personnel et universel.

Dès lors, ma démarche est un bouquet où je compose et tente de réinventer des univers qui questionnent, qui rassemblent, qui émeuvent et font rêver ou frissonner. Le temps d’un spectacle, le monde peut changer d’aspect, le temps se distordre, et les mots ne plus avoir de sens. A ce moment là, le spectateur à une liberté qu’il n’a nulle part ailleurs, celle d’interpréter un mouvement qui semblera ne plus exister la seconde suivante… Mais qui aura résonné en lui et lui appartiendra désormais.

Le parcours de Marie Houdin est marquĂ© par une curiositĂ©, une soif d’apprendre et de rencontrer intarissables. Sa danse est mĂ©tissĂ©e, inspirĂ©e des danses jazz, africaines ou encore des claquettes amĂ©ricaines… Sa fascination pour la culture afro amĂ©ricaine est telle que très tĂ´t elle Ă©tudie l’histoire de ses danses, des musiques qui y sont liĂ©es ainsi que des contextes sociaux et historiques dans lesquels elles ont pu Ă©voluer. C’est dans le sens que sa danse et sa dĂ©marche prennent forme. Dès le dĂ©part la danse est un prĂ©texte Ă  l’écriture, Ă  la construction… Et après avoir Ă©voluĂ© sur Laval, elle croise la route de Franco et de la compagnie Engrenage en 2004, pour qui elle commencera par Ă©crire et interprĂ©ter ( « Il Ă©tait une fois Ă  l’Ouest Â», « Seul Ă  sol Â»). Ce ne sera que le dĂ©but d’une formidable complĂ©mentaritĂ©, car c’est dĂ©sormais au sein de la compagnie Engrenage qu’elle chorĂ©graphie la plupart des spectacles (« Histoire courte Â», « Matières Â», « Histoire courte…version longue Â», « Ecoute… Â», et dernièrement Â« Roots Â»), tout en contribuant Ă  dĂ©velopper les projets d’actions culturelles qui font la particularitĂ© de cette compagnie. Elle se construit Ă©galement en se formant (chorĂ©graphie, transmission, techniques…) et en rencontrant des danseurs et chorĂ©graphes comme Eric MĂ©zino, Zaza Disdier, Hamid Ben Mahi, Seydou Boro…

Depuis 2009, elle affirme sa signature en chorégraphiant seule ses spectacles : "ROOTS" en 2010, "Amstramgram" en 2012, "DE L'AUTRE COTE" en 2014 , "RED LINE CROSSERS" en 2015 et "Back to Bach" en 2016