La Compagnie

Le PROJETLe PROJET/*.TMP/*.TMP

Collectif pluri-occasionnel et multi-recombinatoire de plasticiens
Le PROJET /*.TMP

Le PROJET /*.TMP tient lieu de champ d'expérimentation pour le travail d'un collectif régulièrement éphémère de plasticiens.

Les travaux issus de ces collaborations mettent en oeuvre d'astucieux dispositifs constituées tout aussi bien de matériaux naturels que de quelques rebuts du système industriel, ou bien tout autre type de ressource inusitée.

Assemblages nodaux où se mêlent quelques trames du monde alentour, leur existence ne tient qu'à quelques fils ténus, soigneusement agencés, justement accordés au diapason des forces en présence, des flux naturels, du probable contact humain.

Les plasticiens du PROJET /*.TMP et le graffeur SETRO furent sollicitĂ© fin 2010 pour concevoir la scĂ©nographie de la "Roots galerie". Cette proposition rencontra un Ă©cho riche et profond dans les prĂ©occupations et « modus opĂ©randi Â» de ces artistes aux pratiques de prime abord si diffĂ©rentes. TĂ©moignage de l'Ă©phĂ©mère, transcription plastique et articulation spatiale de flux et de mouvements, occupation de l'espace public, rĂ©appropriation des territoires et artefacts mis au rebut, autant d'aspects communs Ă  ces diffĂ©rentes expressions plastiques.

Aussi, quand il fallut définir le terrain de jeu de cette rencontre, c'est tout naturellement que fut choisie la recyclerie du "TRICYCLE ENCHANTÉ" qui a aimablement mis à disposition son excédent : montagne d'objets récupérés en passe de retourner à la déchetterie.
De cette soupe originelle fut tirée l'épine dorsale qu'attendait la précieuse collecte, une racine où se propage un flux d'objets zombis, revenus porter les visages et les mots de ceux que, sans les avoir rencontrés, nous reconnaissons peut-être. Dans ce bric-à-brac hétéroclite circule pourtant une unité, un schème commun. Ces objets ont appartenu, ne sont plus à personne, sont nos objets, furent tant pleinement touchés, nous touchent; de toutes façons et par nos yeux même s'il le faut. Et bien nous y sommes, c'est là; ici où se touchent toutes les bulles d'écume...